Rien ne va plus pour l’A400M

11 mai of 2015 by

Rien ne va plus pour Airbus et sa branche militaire, notamment, l’A400M. Après les surcoûts, les retards et des clients ne tenant pas leurs promesses, l’avion militaire d’Airbus, l’A400M Atlas, semble maudit… Il vient de s’abimer en Espagne alors qu’il effectuait un vol d’essai. Cet accident survient alors que le programme semblait déjà mal né. Récemment, la DGA avait fustigé Airbus pour la gestion de ce programme. Et l’avionneur lui-même avait reconnu de sérieux problèmes dans le pilotage de ce projet compliqué puisqu’il avait remercié le patron d’Airbus Military. L’Usine Nouvelle vous propose de vous replonger, grâce à ce dossier exceptionnel, dans toutes les difficultés recontrées par ce programme. De l’assemblage dans l’usine de Séville aux campagnes d’essai en passant par les demandes changeantes des clients. L’avion militaire d’Airbus, l’A400M, n’en finit pas d’accumuler les déboires. Après les surcoûts, les retards de livraison et les clients (des Etats européens) ne tenant pas leurs promesses, l’aéronef devra maintenant affronter aussi les conséquences d’un crash. Lors d’un vol d’essai, un exemplaire de l’avion militaire destiné à l’armée turque s’est écrasé le 9 mai, quelques minutes seulement après son décollage de l’aéroport de Séville, où se trouve l’usine d’Airbus. A ce stade, quatre membres de l’équipage auraient trouvé la mort lors de cet accident. Six personnes se trouvaient à bord, toutes employées d’Airbus. Les deux personnes rescapées sont très grièvement blessées. Après la démission du patron de la branche des avions militaires, Domingo Urena-Raso, Airbus doit remettre d’équerre l’organisation industrielle du programme A400M qui n’a pas résisté à la montée en cadence. A l’occasion de sa cérémonie des vœux pour la presse, Tom Enders, le PDG du groupe Airbus, a tenu à relativiser, ce jeudi 29 janvier, les nouveaux déboires rencontrés par son programme d’avion de transport militaire l’A400M. « Ce n’est pas une catastrophe mais c’est sérieux », a-t-il dit. Selon lui la situation n’a en effet rien à voir avec celle de 2009, quand le groupe s’interrogeait alors sur la pertinence à poursuivre ou non un programme dont les coûts de développements explosaient. Toutefois après les sévères critiques exprimées notamment par l’Allemagne, les nouveaux retards annoncés ont coûté la tête au patron de la branche des avions militaires, Domingo Ureña-Raso, un pilier du groupe présent dès sa création. Il est remplacé par Fernando Alonso, jusqu’ici directeur du programme d’essais en vol de l’appareil. « Il connaît parfaitement l’appareil.C’est l’homme de la situation au bon moment », veut croire Tom Enders. L’avionneur distille au compte-gouttes les explications sur les nouveaux problèmes rencontrés par le programme alors que près d’une dizaine d’appareils sur les 174 commandés ont déjà commencé à être livrés aux différentes armées européennes (France, Royaume-Uni, Allemagne…) et à la Turquie. Ils sont de natures différentes. Le PDG du groupe avance un retard sur la disponibilité des capacités militaires. Plusieurs versions de l’A400M sont prévues en fonction des missions envisagées par les armées (soutien logistique, largage aérien, systèmes d’autoprotection, ravitaillement en vol…). Cela pourrait entraînait une personnalisation à l’excès des appareils préjudiciable à l’efficacité de la ligne de production. « La plus grande partie de l’avion est commune à tous les clients. Il se différencie par les systèmes militaires et de télécommunications propres à chacune des armées. On peut donc changer les appareils entre les clients jusqu’à un certain point sur la ligne d’assemblage. Au delà, l’appareil devient soit belge, soit français, soit allemand… », explique Marwan Lahoud, directeur de la stratégie du groupe. L’autre explication du retard viendrait des difficultés rencontrées par les fournisseurs. « C’est un problème de supply chain, explique Marwan Lahoud. Les sous-traitants internes et externes ont du mal à suivre l’augmentation des cadences ». Ainsi au pied de la chaîne d’assemblage, d’une part, les pièces n’arrivent pas au rythme attendu et d’autre part elles ne sont pas toujours conformes aux spécifications. Pour expliquer ces difficultés, la direction d’Airbus met en avant la forte sollicitation de ses fournisseurs par d’autres programmes notamment dans le secteur civil: montée en puissance du programme A350, de la gamme A320… Pour rectifier le tir, Airbus revoit l’organisation industrielle du programme. L’industrialisation de l’A400M sera désormais intégrée à la direction des opérations d’Airbus Defence and Space (source: Agence Séminaire). Elle est confiée à Pilar Albiac-Murillo, recrutée auprès de l’industrie automobile en 2007 pour améliorer l’efficacité opérationnelle du groupe.

11193188_1432997667015532_937860448_n

Previous:

Fusion des filiales d’Air France

You may also like